Stress, terrorisme… le temps de la réflexion – conseils anti mal de vivre

Une sorte de paranoïa collective existe à travers de nombreux pays depuis le 11 septembre 2001. Cette angoisse s’est renforcée un peu plus à chaque nouvel attentat. C’est dire le stress ambiant régnant aujourd’hui dans notre société. Certes, la crainte d’attentats est loin d’être la seule et unique raison de notre mal-être… Mais cela en fait néanmoins partie. Il agit le plus souvent de façon assez inconsciente.

Le problème est que plus on est paranoïaque, moins on est raisonné. Et plus on est manipulable. On est alors prêt à valider n’importe quel discours ou projet politique qui pourrait nous sortir quelque peu de ladite paranoïa. En apprenant à rester apaisé coûte que coûte, on apprend à rester un être humain libre, qui n’est pas dominé par sa peur. Voici trois pistes à explorer dès à présent…

femme en colère

Considérer les risques réels permet de se rassurer

Les risques du quotidien liés au terrorisme ? On dit souvent qu’il ne faut « pas y songer ». « Ne te stresse pas voyons, sors-toi ça de l’esprit… ». Moi, je vous invite à faire l’inverse. Est-ce stressant ? Bien au contraire, c’est rassurant. Si vous vivez en France, considérez les presque 70 millions d’habitants. Prenons uniquement les ados et adultes, ça nous fait une bonne cinquantaine de millions. Sur ces 600 stades de France pleins à craquer, combien de personnes semblent prêtes à commettre un attentat ?

Sans doute des milliers ? En fait, non. Quelques centaines ? Non plus. Quelques dizaines au moins ? Non, même pas ! En réalité, si on fait le compte de ces dix dernières années, même en comptant les complices et éventuels attentats déjoués, on aurait bien du mal à dépasser les 10 ou 15 personnes. Autrement dit, il y a bien davantage de risques que vous soyez frappé par la foudre et de chances que vous gagniez le gros à l’Euromillion plutôt que vous soyez victime de terrorisme au cours de votre vie.

méditation lumineuse

Se forcer à faire tout autre chose et à travailler sur soi

Si vous consultez les actualités je ne sais combien de fois par jour, vous ne risquez pas de vous déstresser. Bien au contraire. Vous avez l’impression que vous DEVEZ être au courant au cas où il se passerait quelque chose de grave : c’est une fausse impression. Si jamais il se passe quoi que ce soit de grave, vous n’y pourrez rien. Et être au courant à la minute même ou le lendemain ne changera strictement rien. Aussi… lisez des romans, dansez, discutez de tout sauf de cela, faites des câlins, baladez-vous, allez courir ! Extirpez-vous coûte que coûte de cette angoisse ambiante. Ce n’est qu’ainsi, d’ailleurs, que vous aiderez vos proches (et vos enfants si vous en avez!) à s’en extirper également.

Être dans le concret et l’action plutôt que dans l’abstraction

Posez-vous des questions claires et répondez-y honnêtement. A quoi cela vous sert-il de vous morfondre sur tel point ? De vous inquiéter sur tel autre ? Si cela vous est inutile, si cela ne vous sert à rien au quotidien, évacuez ces pensées parasites. Soyez particulièrement attentif aux « pensées qui tournent en rond ». Lorsqu’une pensée n’évolue pas et que vous vous répétez toujours la même chose, c’est mauvais signe.

femme apaisée

Pour aller plus loin sur le sujet, lisez les autres parties de cet article : « Stress, terrorisme… le temps de la réflexion – comment éviter la paranoïa », « Stress, terrorisme… le temps de la réflexion – pistes pour rester zen » et « Stress, terrorisme… le temps de la réflexion – leçons à tirer pour votre évolution personnelle ».

Laisser un commentaire