Est-il « égoïste » de se couper du mal-être des autres ?

Sur ce blog comme sur d’autres sites, on vous enseigne notamment à vous couper du mal-être ambiant, à ne pas se faire avoir par la nervosité et le malheur d’autrui. On vous apprend à ne plus y être autant perméable. En fait, c’est un enseignement global que l’on retrouve à peu près partout : associations, clubs, sites internet, ebooks, livres papiers… N’importe quelle plateforme de bien-être ou de développement personnel en fait longuement état, de bien différentes manières.

Garçon égoïste

C’est notamment ce que je vous explique dans l’article « De l’importance de constituer sa bulle de protection Zen » ainsi que dans « Exécuter un exercice bien-être… envers et contre tout ? ».

Mais se couper toujours des ondes négatives nous éloigne-t-il de la compassion ?

Voilà bien une question délicate à traiter. Pour commencer, je serais tenté de dire : toute action poussée à l’extrême peut être mauvaise. Même lire ou faire du footing ! Il convient d’équilibrer sa vie, ses actes et ses pensées. Et il est vrai que se couper du négatif de façon trop radicale ou obsessionnelle peut mener à un isolement social, ou éloigner de la notion de compassion. D’ailleurs, si vous ne souhaitez fréquenter QUE des gens totalement zen et bien dans leur peau, non seulement vous risquez d’abandonner vos amis dès qu’ils se sentent mal, mais en plus vous pourriez finir par vous retrouver bien seul.

Oui, c’est un des pièges du développement personnel dans lequel tombent malheureusement bien des gens. Pour déterminer et trouver le juste milieu, il convient de faire, en tout premier lieu, une auto-analyse. Quelle est votre sensibilité ? Pour ma part, j’ai une tendance à l’hyper-émotivité. Moins qu’avant, mais je reste tout de même, pour l’heure, un sacré cas 🙂

femme qui réfléchit

Protégez-vous du stress ambiant… lorsque c’est nécessaire

Quelle est votre sensibilité ? À quoi êtes-vous le plus sensible, qu’est-ce qui vous touche ? Voilà les questions à vous poser. Si les réponses vous paraissent confuses, ne cherchez pas, attendez qu’elles viennent d’elles-mêmes. Vivez votre vie de tous les jours, et lorsque vous vous sentez particulièrement ému par une situation, souvenez-vous en bien ou notez-le. Faites-le sans vous juger, et en tenant compte de TOUTE situation, même les plus anodines, même celles qui vous paraissent « ridicules » (elles ne le sont pas).

Vous parviendrez ainsi à déterminer le type de lieux, de personnes, de situations pour lesquels il vous faut faire attention. Soit en vous créant une protection magnétique (lisez mon eBook gratuit sur le sujet si vous ne l’avez pas encore lu), soit dans certains cas en évitant au possible de fréquenter tel lieu ou telle personne.

fonctionnement du cerveau

Ne soyez pas « obsédé » par tout cela. Ne paniquez pas dès que vous ressentez un léger stress ! Apprenez à relativiser, à faire la part des choses. Tout en étant attentif à vos ressentis, retenez également vos ressentis positifs. Profitez-en pour noter également quelles sont les situations qui vous émeuvent positivement.

Cette étape vous fera déjà faire un grand pas en avant. Une fois que cette analyse est faite, il convient désormais d’être davantage dans la bienveillance tout en restant centré sur votre bien-être. C’est ce que je vous détaille ici : « Comment se couper des ondes négatives en développant son altruisme »

Laisser un commentaire