Un simple citoyen peut-il ruiner une multinationale ?

Cet article vient compléter « Comment passer de consommateur passif à consom’acteur actif » que vous pouvez lire ou relire avant de passer à la suite.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer de façon très simple et concrète comment un acte très anodin et banal peut produire beaucoup. Et même « pire » 🙂 encore : un non-acte !
Mettons que vous soyez, depuis des années, un consommateur de Coca-Cola. Un documentaire sur le sujet vous donne un déclic. C’est décidé : désormais, vous n’achèterez plus de cette marque. Vous avez alors 22 ans et achevez vos études. Voyons comment, par la loi de l’interconnexion, cette décision va mener à des conséquences d’envergure, tel le battement d’aile de papillon au Japon provoquant une tempête en France.

big-bang-battement-papillon

À l’image du Big-Bang, tout grand changement part d’un petit rien

Au niveau de votre santé, vous vous passez désormais de soda. De tout soda. Vous vous sentez mieux, plus léger. De fait, vous vous passez également, peu à peu, de toute malbouffe. Nutella, bonbecs, chips et compagnie. Vous découvrez la cuisine facile, les fruits le matin, vous hydratez davantage. Votre teint est plus frais, vous vous mettez au sport. Votre physique est moins fatigué, plus avenant, vous plaisez plus qu’auparavant.
On peut imaginer tous les bienfaits physiques et psychiques que cela entraîne, d’année en année, sur vous-même. Un petit rien mène à de grands touts. Il suffit d’un petit déclic pour entrer dans un cercle vertueux. Une petite action positive en amène une autre, qui en amène encore une autre… et mène au bonheur.
Du reste, cela va dans les deux sens. Lorsqu’on entend le témoignage d’un ex-drogué, c’est souvent un peu la même histoire. Ça a démarré sur un petit rien. Un jour où l’on se sentait mal dans sa peau, au cours d’une soirée, et où on nous a proposé un shoot. Puis, ça a été l’enchaînement.
Cercle vicieux, cercle vertueux. Dans l’existence, tout est beaucoup question d’enchaînement.

Mais revenons-en à notre histoire, et écartons-nous des bienfaits sur le corps et sur l’esprit. Concentrons-nous à présent sur les conséquences économiques. Des conséquences inexistantes ? Pas si sûr…

Tout acte de votre existence, même indépendant et individuel, a des conséquences sur le monde

. Mettons que vous dépensiez 3 euros par semaine dans cette boisson. Cela fait une douzaine d’euros par mois, soit environ 140 par an. Avantageux pour votre bourse tant que votre santé, mais effectivement très insuffisant pour plomber une multinationale.

. Mais… vous n’achetez plus jamais de Coca lors de vos soirées. Ni n’en commandez dans les bars. Votre famille, vos amis en deviennent interrogatifs. Peu à peu, le sujet est plusieurs fois débattu dans vos conversations. Sans être « extrémiste », vous tenez désormais un discours anti-sodas. Le fait est qu’on remarque que vous vous sentez mieux et êtes plus en forme ! Parmi l’ensemble de vos connaissances, vous parvenez, bon gré mal gré, à convaincre 5 personnes.

. 5 ans plus tard, vous vous mariez. Votre moitié n’aime pas acheter que pour elle/lui seul(e), et de plus est naturellement influencé par votre mode de vie. Ce qui donne potentiellement 280 euros de moins par an pour l’industrie de la malbouffe.

meilleure-alimentation-bien-etre

. Ajoutons à cela que se passer de sodas entraîne un mode de vie plus sain, et qu’on est ainsi amené à se passer également d’autres secteurs de la malbouffe. Ce qui peut monter facilement à 500 euros de manque à gagner par an pour cette industrie, grâce à votre couple.

. Entre temps, les 5 personnes que vous aviez influencé ont poursuivi ce mode de vie plus sain. Deux d’entre elles sont en couple, et ont influencé leur conjoint vers un mode de vie similaire. En prenant chacun en compte, nous en sommes déjà largement à plusieurs milliers d’euros par an.

. Encore 5 ans après, vous avez 2 enfants. Ces 2 enfants sont élevés sans soda. Par ailleurs, il n’y a que des jus de fruits lors des goûters d’anniversaire que vous organisez. Peu à peu, vos propres enfants influencent plusieurs copains, et votre couple influence plusieurs parents. Nous en sommes largement à une dizaine, voire plusieurs dizaine de milliers d’euros par an. Et ce n’est qu’un début…

. Car nous sommes dans un cercle vertueux. Vos petits-enfants ne deviendront pas accros à la malbouffe, ils influenceront leurs amis, leur famille, leurs collègues, leurs conjoints…

Etc., etc.

Sur une à deux générations, on peut ainsi compter au bas mot des centaines de milliers d’euros qui ne vont pas dans les caisses des multinationales produisant de la malbouffe. Cela va vite !

Anti-thèse : mais à l’échelle du monde, cela ne reste-il pas anecdotique ?

Non, et ce pour plusieurs raisons :

– La tache d’huile.

Car, comme expliqué dans l’article « Comment passer de consommateur passif à consom’acteur actif », tout acte peut se développer de façon exponentielle. Une personne, à la base, c’est bien peu question pouvoir d’achat. Deux personnes, c’est encore peu mais c’est déjà le double. Si chacune influence une à deux personnes, on peut, en un laps de temps assez court, passer à 20 personnes, puis à 50, puis à 100…
N’oublions pas que c’est ainsi que les révolutions se sont faites, et pas seulement politiques. Révolutions dans la consommation, les modes de vie, modes de pensées. Pour reprendre cet exemple, n’oublions pas que le bio était très marginal il n’y a pas si longtemps ! Tout est parti d’une poignée de personnes, puis année après année, l’évolution a été exponentielle.

humains-interconnectes

– L’interconnexion à directions multiples.

Nous avons analysé ensemble la question d’un point de vue santé, puis d’un point de vue économique. Mais nous n’aurions pas pu tout explorer, car l’interconnexion du monde est infiniment riche et complexe. Quelques exemples :
. Être en bonne santé permet de faire de plus beaux projets, et d’être mieux avec son entourage. Donc, de répandre plus d’harmonie dans le monde.
. Ne pas dépenser son argent d’un côté le fait dépenser d’un autre. Pour le dire schématiquement : quand on se « prive » d’un soda, on achète une pomme à son maraîcher local. On contribue ainsi à promouvoir dans le pays une nourriture plus saine et naturelle.
Etc.

– La dureté de l’ultra-libéralisme.

Qu’est-ce que quelques centaines de milliers, ou quelques millions d’euros face aux milliards engrangés par Coca ? Ne serait-ce qu’une goutte d’eau dans un océan ? Penser cela, c’est passer outre les règles de l’ultra-libéralisme. Car si nous sommes dans un monde plongé dans une telle crise, c’est aussi parce que l’ultra-libéralisme exige une domination totale OU une chute totale. Il y a bien peu de place pour la demi-mesure. Une multinationale perdant un peu, c’est une multinationale perdant beaucoup. C’est pour cela que toutes cherchent à s’étendre encore et toujours plus. Elles savent que si elles se mettent à perdre un peu de terrain, leur fin pourrait bien être prochaine ! Tout n’est alors plus que question de temps.

Pour bâtir un monde meilleur, il n’est donc pas nécessaire d’avoir une cape et d’être doté de superpouvoirs. Le vrai pouvoir est bel et bien entre les mains du peuple. C’est cela qui fait peur au système…

 

P.S. : Au passage, plusieurs multinationales très orientées malbouffe, dont Coca, sont en perte de vitesse depuis quelques années. Je dis ça, je ne dis rien… 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier