« Au-secours, tout va trop vite ! » : faire le point sur votre rythme de vie

Est-ce la société qui doit vous imposer votre propre rythme ? Ou bien est-ce plutôt VOUS qui devez LUI imposer votre propre rythme ? En voilà une question intéressante, n’est-ce pas ? 🙂 La réponse semble couler de source… La seconde solution serait la meilleure, seulement ce n’est pas possible. Mais en êtes-vous si certain ? N’est-ce pas plutôt le monde moderne qui cherche à vous faire croire cela, afin que vous ne cherchiez jamais à réfléchir et agir par vous-même ?

homme occupé

Voyons ensemble quelques pistes pour mettre des réponses en place, et ce dès aujourd’hui.

. Faire le point entre l’indispensable… et ce que vous croyez l’être

Travailler ? Oui, c’est certainement indispensable pour gagner sa vie. Faire ses courses ? Ma foi oui, sinon on finit par mourir de faim 🙂 On pourrait allonger la liste, vous et moi. Mais il y a aussi des tas de choses que l’on croit indispensables et qui en fait ne le sont pas tant que ça.

De nos jours, à ce sujet, le mobile tient le haut du pavé. Dès qu’il bipe, on croit qu’il est essentiel de voir ce qu’il se passe et de répondre. Ce n’est qu’un exemple, mais un exemple édifiant. Le mobile est un voleur de temps, et nous en sommes les victimes consentantes : il ne sert qu’à passer le temps et n’est presque jamais enrichissant.

Ainsi, sur quelques jours, analysez ainsi toutes ces petites choses que vous exécutez par réflexe et dont vous pourriez en fait très bien vous passer. Par ailleurs, au cœur des actes indispensables, détectez la part de superficialité qui s’y trouve. Un autre exemple édifiant : les aliments. On a tendance à acheter trop, et surtout à consommer des denrées extrêmement lourdes (sodas, viande à tous les repas…). Quel rapport avec un rythme de vie, me direz-vous ? La nourriture lourde vous impose bel et bien un rythme, car elle prend bien plus de temps à être digérée que des aliments sains et naturels. Observez votre quotidien un peu plus en détails, vous vous apercevrez que des tas de petits éléments dirigent en partie votre existence… et qu’il est en fait très facile de s’en détacher.

. Réfléchir au « comment » de chaque acte indispensable

Revenons-en à l’exemple des courses, car c’est un thème qui touche tout un chacun. Il y a deux ans, je faisais encore mes courses à l’hypermarché. Comme je n’aime pas faire les courses, j’attends toujours le dernier moment, jusqu’à ce que mon épouse me fasse les gros yeux 🙂 Du coup bien souvent, j’y allais au pire moment, quand mon Auchan était blindé de monde.

Résultat ? L’ambiance était si oppressante qu’il m’est arrivé de manquer de faire un malaise. Si, vraiment. Jusqu’au moment où je me suis fait la réflexion très « bête » que… l’hypermarché était à 15 minutes de bus, et le marché à 5 minutes à vélo.

femme interrogative

Depuis, je ne vais plus jamais à l’hyper. Au marché c’est à l’air libre, il y a moins de monde, les gens sont plus cool. Par ailleurs, j’aide de plus petits agriculteurs plutôt que de nourrir les grandes industries, et je mange généralement de meilleurs fruits et légumes. Comme vous le voyez, les solutions sont souvent BIEN PLUS SIMPLES qu’on ne le pense !

Inspirez-vous de cet exemple, songez à toutes les tâches indispensables que vous devez faire sur un mois, puis… Interrogez-vous sur le « comment ». Oui, comment vous pourriez faire ces choses en stressant moins, voire sans stresser du tout. N’oubliez pas, inutile de chercher midi à quatorze heures : visez la simplicité.

femme aux yeux fermés

À vous de réfléchir sur ces premiers points et de prendre les bonnes décisions. Généralement, celles que vous jugez bonnes… sont les bonnes. Faites-vous confiance… Au fond, vous êtes la meilleure personne pour décider ce dont votre existence a besoin. Tout avis extérieur est secondaire.

Ces exemples vous parlent-ils ? Si vous avez des ressentis à me confier, je suis tout ouïe.

Pour aller encore plus loin sur le sujet, lisez mon article « « Au-secours, tout va trop vite ! » : votre rapport au travail ».

Laisser un commentaire