L’art du rien, ou la fonction auto-nettoyante du corps ET de l’esprit

Pourquoi donc chercher sans arrêt des remèdes et se bourrer de médicaments ? Certes, cela dépend de notre état. Il arrive qu’on ne puisse faire autrement. Dans le monde du bien-être, on cherche souvent également des sortes de « médicaments », bien qu’il ne s’agisse pas forcément de produits matériels. Ce peut être des exercices de méditation, de magnétisme, du yoga, de la nourriture saine… Les techniques sont innombrables. On s’en sert souvent comme « pansement ».

J’aime les méthodes de développement personnel. J’en enseigne certaines, ma préférée étant le magnétisme. Ce n’est donc certainement pas moi qui vais les décrier. Mais sans les renier, j’aimerais vous parler d’une fonction très précieuse du corps et de l’âme. Une fonction si évidente qu’on l’emploie bien trop peu, ou bien à mauvais escient. Comme toujours, nous, humains, sommes très compliqués lorsqu’il s’agit de choses simples.

Cette fonction, c’est le vide. En soi vous me direz, cela n’a rien de nouveau. Faire le vide dans son esprit, se purger, ne songer plus à rien. Le Tao, les bouddhistes en parlent dans bien des ouvrages, et on l’enseigne de multiples façons. Pourtant, même si vous pratiquez déjà l’art du vide, peut-être n’avez-vous pas conscience de tous les bienfaits qu’il peut vous apporter. Je vais vous l’expliquer par un petit parallèle corps-esprit.

 

La fonction auto-nettoyante du corps

Prenons un exemple précis : vous êtes dans une période d’excès alimentaires. Cette semaine, vous avez un peu tout fait : bières, pizzas, burgers. Mais aussi : manger à la va-vite, trop, et trop gras. C’est le week-end, et ce matin vous vous sentez vraiment mal. Que faire ? Vous pouvez prendre des médicaments, appeler le médecin. Vous pouvez vous remettre à manger, mais prudemment. Seulement, si vous connaissez bien votre corps, vous savez que ce dernier se soigne et se nettoie sitôt l’excès achevé. Si vous n’avez pas eu le temps de le ressentir ces derniers jours, c’est juste parce que vous en avez « remis une couche » à chaque fois que le travail commençait à se faire.

Sachant cela, vous décidez donc… de ne pas faire grand-chose. De laisser le travail opérer en vous. Digestion, nettoyage. Cela peut passer par des diarrhées et constipations, voire des maux de tête, ou parfois des vomissements. Pas de panique ! Rien de grave là-dedans, même si c’est évidemment assez pénible à vivre. Comme vous savez que tout ceci est logique et que ce n’est que le témoin du corps qui se nettoie, vous le prenez de façon cool et relax. Tout du moins, de la façon la plus cool et relax que vous pouvez. On s’allonge, on se repose, on fait une petite marche dans la nature ou dans la ville, on appelle un ami pour discuter, on bouquine… ou tout autre chose. On peut même se contenter de respirer l’air frais sans rien faire de particulier. Au bout d’une ou deux heures, on se sent déjà mieux. Éventuellement, on se fait un petit jeûne sur un jour ou deux. Et si on reprend l’alimentation, on y va tout doucement, et en buvant beaucoup d’eau.

Au bout du week-end, on se sent en forme, réparé, comme neuf. Bien plus que si on avait pris des médicaments pour lutter contre les maux de ventre ou autre. L’organisme possède un fonctionnement aussi simple qu’intelligent, inutile de s’en priver.

vider-son-esprit

La fonction auto-nettoyante de l’âme et de l’esprit

Dans une certaine mesure, il en est de même avec l’esprit. Ceci fonctionne tout particulièrement dans les cas suivants :
. Une grosse déprime survenant d’un coup, tombant un peu du ciel
. Une perte de concentration : impossibilité de travailler ou d’accomplir la tâche que l’on s’était fixé
. Un sentiment de grosse confusion : on ne sait plus trop où on en est. On a mille pistes et on ne sait pas laquelle prendre, et on s’en angoisse.

Il arrive alors souvent qu’on tente d’exécuter des exercices de bien-être sans parvenir à quoi que ce soit. On s’agace, on peste… ces astuces sont justement censées aider en ce genre de cas ! Et ça ne marche pas au moment même où il serait capital que ça fonctionne !
Ou bien, on tente de suivre coûte que coûte le programme qu’on avait établi. Soit on n’y parvient pas du tout, soit on y arrive très, très lentement, et on réalise à peine un quart de ce que l’on prévoyait.
Bref ! Les mauvaises solutions sont nombreuses.

ame-esprit-vide

Prendre la décision de ne rien faire : laisser le vide résonner en soi

Voici la solution que je m’applique régulièrement à moi-même :
Je dois suivre un programme : écrire, aller faire telle ou telle chose, appeler telle personne… Or en ce jour, je n’y parviens pas. Je me sens nerveux, stressé, sans trop savoir pourquoi. Plus je tente de m’y mettre, moins j’y arrive. Même un exercice de méditation ou de magnétisme reste peu efficace. Je prends alors un instant pour réfléchir, et je considère mon organisme : en fait, je viens simplement de recevoir un message. Tout comme le corps vous délivre un message au lendemain d’excès alimentaire. Un message qui signifie : relax ! Calme-toi un peu, laisse-moi le temps de me nettoyer.
Il en est de même pour l’esprit. Si mon esprit ne parvient pas à exécuter ce que je luis dis, c’est qu’il a besoin de se vider un bon coup. Pourquoi maintenant, pourquoi en ce jour ? Je l’ignore, mais qu’importe. Là n’est pas la question.

mediter-faire-vide

Je prends donc le parti d’interrompre mon programme. Je me calme, je me laisse vivre. En fait… je ne fais rien ! Je me force à m’asseoir ou m’allonger (s’asseoir étant le mieux) et de ne rien faire de particulier. Ça paraît simple, et ça l’est. Pourtant, nous avons tant été conditionnés à toujours être actif, quitte à ce que ce soit à des futilités, que le mental se révolte bien souvent contre cela. Attendez à ce que ça vous arrive. J’insiste bien sur la différence entre méditer et ne rien faire. En ces cas-là, je ne cherche pas à faire un exercice de méditation ou de relaxation, pas plus qu’une technique de magnétisme. Non, je me contente juste de me laisser aller.

Que se passe-t-il alors ? L’esprit se répare. Il s’auto-nettoie. Et puis, souvent plus vite qu’on ne le croit, une petite intuition survient. Soudain on a envie d’aller se balader. Faire un peu de sport. Pratiquer un art. Faire du rangement, de la cuisine… Par exemple. Bref, on a laissé son Moi, son être intérieur, s’exprimer. Celui-ci vous a indiqué ce dont vous aviez besoin ici et maintenant. C’est généralement une petite chose toute simple. Généralement chez moi, cela se concrétise par un tour de vélo. Au retour, je suis de nouveau rempli d’énergie et d’inspiration.

Vous aussi, essayez et vous verrez. Et n’hésitez pas à me faire part de vos retours.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×

Panier