Marché du bien-être : pourquoi je ne serai jamais un vrai bizness-man

Le blog vient de connaître une petite pause estivale. J’ai eu des évènements à gérer propre à toute existence. Quelques problèmes d’ordre personnel à régler, un décès brutal à encaisser et à gérer, des rendez-vous à honorer, un projet artistique à mener lors d’un séjour… Bref, la vie quoi 🙂
Vers juillet, supposer un léger retard dans la mise à jour du blog me stressait. J’avais encore en tête les règles du bloging. Poster régulièrement et sans retard, ainsi que différentes techniques à mettre en place.

Ne pas suivre toutes les règles du bizness : et alors !

Ce n’est pourtant pas la fin de Magnétisme & Bien-Être, bien au contraire. Je prépare pas mal de nouveautés, et notamment enfin l’arrivée prochaine d’une formation en ligne au magnétisme, constituée d’un ensemble de textes, d’audios, de photos et de vidéos. Ainsi que d’autres ouvrages et formations qui devraient vous surprendre… Il va de soit que je ne peux totalement me détacher du « bizness ». Du reste, plus je rendrai mes projets viables, plus je pourrai m’y consacrer pleinement.

business-magnetisme

Il n’empêche que j’ai été très refroidi par bien des règles de bizness que j’ai pu lire. D’où ma difficulté, par exemple, à donner un tarif fixe à mes séances de magnétisme. Je n’y peux rien, je ne souhaite pas qu’une personne sans le sou ne puisse pas en bénéficier. Et je trouve paradoxal que tant de gens soient de fait exclus de reiki, de massages ou de yoga. Pourtant un praticien doit bien vivre, lui aussi. Il a comme tout le monde des factures à régler et doit se nourrir. J’ai alors décidé de viabiliser peu à peu mes projets sans suivre toutefois les nombreuses règles du bizness (je sais, en principe cela s’écrit business 🙂  ). Trouver un compromis entre le tout offert et le tout payant. Á ce titre, je suis d’ailleurs en train de songer à un système assez singulier dont nous reparlerons prochainement…

Le marché du bien-être est-il si éthique que cela ?

Paradoxe : de nos jours, le marché du bien-être est très ouvert aux « bobos » et aux classes aisées, et bien moins aux classes populaires et précaires. Alors que ces dernières seraient peut-être bien les classes qui auraient le plus besoin de développement personnel. Par ailleurs, ce milieu est désormais gangrené par trois gros défauts :

. Les tarifs.

Une séance avec un professionnel ne devrait pas, à mon sens, coûter beaucoup plus qu’une cinquantaine d’euros. Une formation complète en ligne peut aller jusqu’à une centaine d’euros… Or, je vois des après-midis qui se facturent très chers, des weeks-ends fort onéreux, et des formations en ligne à plusieurs centaines d’euros chaque, si pas davantage. La crise y est-elle pour quelque chose ? C’est possible, car certains indépendants sont écrasés de taxes et d’impôts. Néanmoins, la situation est préoccupante.

. La démultiplication des méthodes.

On ne compte plus les nouvelles façons de mieux vivre, consommer, s’alimenter, respirer etc. (Alors qu’en général, ce n’est rien qu’un mix entre différentes méthodes déjà existantes). Au point que c’en est devenu contre-productif. Rien que dans le secteur de l’alimentation, c’est devenu un vrai casse-tête. Problème : on ne sait plus que croire, ni qui croire. Certes, il suffit de tester tel et tel conseil en se remettant en cause. On parvient ainsi à avancer peu à peu. Il n’empêche que la majorité du peuple sera en toute logique rebutée par tant de directions qui s’opposent. Et on en arrive de nouveau au même souci : le mieux-être n’est réservé qu’à une toute petite partie de la population, uniquement à ceux qui ont le temps d’y songer.

. Le dogme.

Sans doute le plus gros défaut de ce petit monde. Je n’ai rien contre, par exemple, le végétarisme. Mais si le végétarisme est défendu par des extrémistes, tous plus dogmatiques et intolérants les uns que les autres, à quoi cela peut-il mener ? Á rien, si ce n’est un fossé de plus en plus grand entre les végés et les non-végés. Et c’est encore pire du côté des végétaliens, frugivores, adeptes de l’alimentation vivante et autres. Ceux qui devraient être zens et apaisés sont au contraire les plus intransigeants. En visionnant cet entretien avec le naturopathe Robert Masson, on apprend même que certains… mentent, ni plus ni moins !

bien-être-magnetique

Plaidoyer pour un monde sans dogmes et sans pièges

Dans le monde global dans lequel nous vivons, il est logique qu’il y ait des dogmes, des pièges et des extrêmes. Ainsi que des croyances, des confrontations… Mais tout ceci ne devrait pas avoir cours dans le milieu du bien-être et du développement personnel. De même que si une part de bizness y est inévitable, elle ne doit pas prendre le pas sur le reste. Aussi, attendez-vous à ce que ce blog corresponde à mon être, et à mon quotidien. N’y voyez pas une machine à bien-être, encore moins qu’une machine à vendre. Si je vais y installer peu à peu des pages de vente, les articles restent utiles et gratuits, ils ne sont pas faits pour vous frustrer afin de mener à un acte d’achat. De même, je souhaite m’offrir le « luxe » de ne pas toujours forcément publier en temps et en heure, afin de rester humain 🙂 Un être humain étant égal à vous, avec ses joies, ses peines, ses épreuves et ses bonheurs.
N’est-ce pas plus sain ainsi ?

C’était un petit éditorial de fin de vacances… Bonne rentrée à tous, et à très vite !

blog-magnetisme

magnetiseur-paris

Apprenez à magnétiser vos proches

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*