Comment traduire vos désirs de changement en actions

Désirer le changement ? Oui, mais…

Halte au flou !

J’entends parler de désirs à longueur de temps. « Ce serait bien si je pouvais me sentir mieux » / « J’aimerais changer le monde » / « Je voudrais me détacher de ce poids », etc, etc.

engrenages

Longtemps, j’ai moi aussi été dans le flou. Je connnais bien ce schéma de pensée, et il m’a fait bien du tort. Je n’avais pas de projets, juste des rêves. De vagues utopies… lorsque j’y pensais, j’étais dans mon monde et me sentais bien. Si bien ! Seulement, dès sorti de ce petit univers intérieur, c’était le dur retour à la réalité. Rêver était alors presque comme une drogue, car je le vivais souvent comme une fuite. Une fuite de la réalité.

Certains n’ont plus que des rêves. Oh, bien sûr : il FAUT avoir des rêves. Des rêves réalisables comme irréalisables. Le tout est de ne pas se laisser dépasser par ses rêves, de savoir aussi et surtout être dans le réel. Quitte à être dans le réel pour… réaliser ses rêves peu à peu !

ligne de départ

C’est ce qu’il m’est arrivé. Par petites touches, j’ai transformé mes rêves et désirs en projets. Puis mes projets en actions quotidiennes. Avant cela, j’ai rencontré deux difficultés majeures qu’il faut absolument connaître.

1 – La difficulté de retranscrire un rêve

Un rêve est flou par nature. Il correspond à des désirs et besoins que l’on a souvent du mal à définir clairement. Pour débroussailler tout cela, vous devez vous poser des questions, les questions les plus précises possibles. Mettons que votre rêve soit simplement « un monde meilleur ». Imaginez à quoi ressemblerait ce monde selon vous, le plus concrètement possible. Sans doute n’y aurait-il plus d’injustices, de violence, de pauvreté etc. Parfait. Demandez-vous à présent de quelle façon ce monde fonctionnerait pour garantir la justice, l’abondance et la fraternité.

On pourrait noter par exemple : un revenu minimum universel, des terres non traitées aux pesticides, une démocratie participative, etc. Ne notez pas forcément ce dont vous avez entendu parler : notez ce qui fait vibrer votre cœur.

mener des projets

Puis, précisez encore davantage, en vous questionnant sur des actions quotidiennes qui pourraient tendre vers ces buts. Une question très simple à se poser est : « si tout le monde faisait cette action, atteindrait-on tel but ? ».

Vous pourrez ainsi noter une série de petites et grandes choses à entreprendre. Notez tant que vous pouvez, sans vous limiter. Vous trierez ensuite, afin de mettre en place de premières actions.

2 – La difficulté à accepter le monde réel

Lorsque l’on se lance dans l’action, on ne renonce pas à ses utopies mais on leur donne une nouvelle forme. Une forme plus concrète, donc le plus souvent, une forme par conséquent plus modeste. En tout cas dans sa mise en œuvre. Si votre projet est d’écrire, vous ne deviendrez peut-être pas l’écrivain célèbre que vous rêviez d’être. Si vous voulez plus de justice en ce monde, travailler en ce sens ne vous donnera aucun super pouvoir. Et pourtant, si vous persévérez vous pouvez parvenir à de grandes choses.

Laisser un commentaire