Les 2 illusions persistantes sur la cigarette

Après toutes les campagnes gouvernementales, à l’heure de la sur-information, nous sommes tous au courant des raisons d’arrêter de fumer ou de ne pas commencer. Mais bien des fumeurs persistent dans leur « vice », croyant en tirer tout de même des avantages. Voici les deux plus grandes illusions du fumeur…

tabac-developpement-personnel

Cigarette et accoutumance… L’illusion de l’ego

Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est en flattant l’ego du client que la cigarette est devenue un tel phénomène dans le monde entier. Fumer, pour une femme, avait à l’époque un petit côté « mauvais genre », mais faisait très « femme moderne et libérée ». Pour un homme, cela donnait un côté assuré et viril.

Pour les adolescents, c’est aujourd’hui une marque d’affirmation permettant de mieux sortir du monde de l’enfance, et une petite rébellion envers les parents. Pour les plus grands, c’est un « style ». Chez eux, même les campagnes antitabac peuvent avoir l’effet inverse, car ils « désobéissent » ainsi à l’ordre moral des adultes et se distinguent de la masse.

Par ailleurs, à voir le nombre de films mettant en avant l’image du fumeur, il faut croire que la vision d’une personne en train de fumer a quelque chose d’esthétique.

mefaits-cigarette
Cette image erronée que l’on a de soi, cette fausse assurance, est plus importante qu’on ne le pense. Si on retirait le « geste » de fumer, presque plus personne ne consommerait tabac et nicotine ! Vous en doutez ?

Imaginez alors ceci : du jour au lendemain, la cigarette disparaît de la surface du globe et est remplacée par des seringues nicotinisées.

Vendues par paquets de vingt, il suffirait alors de s’en injecter le contenu dans le poignet pour recevoir la dose de nicotine d’une cigarette, et d’en ressentir le goût dans la gorge. Le geste serait clairement moins « sexy », n’est-ce pas… Continueriez-vous à vous intoxiquer autant qu’avant ? Sans doute pas. La pause-cigarette entre collègues ne ressemblerait plus à rien, l’image un peu « classe » du fumeur sombrerait dans le ridicule.

Votre ego vous fait également croire que vous n’êtes pas un fumeur comme un autre. Les autres, d’accord ils peuvent s’arrêter, mais vous c’est différent voyons. Vous, vous êtes particulièrement occupé, êtes chargé de tâches particulièrement importantes… ce n’est donc pas pareil. Voici encore une idée fausse !

Prenez conscience que sur le terrain de la cigarette, vous n’êtes pas unique, mais comme tous les autres fumeurs. Vous pensez avoir une relation particulière avec la cigarette, c’est faux. Sur ce point, vous ne vous démarquez en rien de qui que ce soit. Les autres fumeurs ressentent la même chose que vous, et fument pour les mêmes raisons. C’est pour cela qu’il est inutile de concevoir un programme d’arrêt de la cigarette propre à chacun.

Par contre, en devenant non-fumeur, vous allez vous distinguer de la masse des fumeurs. Vous allez mettre en avant une réelle personnalité, celle de quelqu’un maîtrisant sa vie. Vous ne serez pas celui (ou celle) qui n’a jamais été tenté par le tabac, mais celui qui en est venu à bout, et sans difficulté, là où tant d’autres abandonnent !

Arrêter le tabac ? L’illusion communautaire

Encore de nos jours (quoique de moins en moins), la cigarette est un moyen d’échanger quelques mots avec des amis ou collègues, de marquer une pause pendant laquelle on peut parler d’autre chose que du travail, et dans certains cas se faire des confidences.

anti-nicotine

Autrefois, la cigarette était une telle institution qu’il y avait une forte pression sociale poussant à fumer. Ceux qui ne fumaient pas étaient des ringards, de l’ancienne génération, manquant de modernité, voire de rébellion.
Fort heureusement de nos jours, la situation a beaucoup changé.

L’idée que fumer est le moyen par excellence de marquer une pause en discutant est totalement fausse. Lorsque vous aurez arrêté, vous serez surpris de pouvoir faire autant de pauses qu’auparavant sans avoir besoin d’allumer une seule cigarette.

Rien ne changera, si ce n’est que vous vous sentirez mieux, car vous serez alors désintoxiqué. Auparavant votre pause était « obligatoire », car poussée par le manque de nicotine, lorsque vous aurez arrêté chaque pause se fera au moment où vous en aurez réellement envie. Vos relations avec votre entourage (collègues, amis…) n’en seront que plus authentiques. Vous apprendrez également à apprécier l’instant présent : faire une pause pour le simple plaisir de faire une pause. Prendre l’air frais, échanger quelques mots, boire un verre d’eau, se mettre un peu au soleil… juste comme ça, pour votre propre bien-être, sans y être forcé par le besoin d’allumer une cigarette.

Souhaitez-vous en lire beaucoup plus ? Découvrez dès à présent mon eBook « Arrêtez de fumer avec la pensée positive » sur Amazon / Google Play / Kobobooks / ou Apple.

Laisser un commentaire