L’importance des expressions émotionnelles et imagées – MAJ 12-01-23

Chaque mot renvoie à une valeur personnelle. Au fond, chacun d’entre nous a une interprétation des mots qui lui est propre, qu’on en ait conscience ou non. Cette interprétation est liée à une personnalité, un point de vue et une expérience passée.
Même un mot évident comme « ordinateur » ne résonnera pas pareillement dans votre esprit selon que vous détestiez l’informatique ou que vous soyez un accro d’Internet. Les mots émotionnels, imagés, ainsi que les termes se rapportant aux cinq sens, ont une puissance toute particulière. Avant tout, définissons-les :

mots-images-positifs

. Mots émotionnels : Tout ce qui se rapporte aux émotions. Plaisir / mal à l’aise / effrayant / excité / agacé / bonheur / malheur…
. Mots propres aux cinq sens : Tout ce qui se rapporte à la vue, l’ouïe, le toucher, le goût, l’odorat. Je vois les choses ainsi / ça m’a fait froid dans le dos / il ne l’entend pas de cette oreille / cette affaire ne sent pas très bon…
. Mots imagés : Le bateau va chavirer / ces gens sont des requins / on s’est fait une place au soleil / dans ce domaine, cet homme est un vrai sprinteur…

pouvoir-expressions-verbales

Comme vous l’imaginez, ces trois types de mots sont très liés ! Souvent, un mot imagé est émotionnel, et un mot propre aux cinq sens est imagé. En maniant ces trois modes de langage, vos messages peuvent être bien plus efficaces. A condition de les utiliser à bon escient.

Les mots émotionnels, bien utilisés, permettent de mieux communiquer

Les mots émotionnels permettent de casser les rapports froids, et de faire passer une chaleur humaine propre à un climat de confiance. En les utilisant, vous montrez que vous n’êtes pas une personne rigide et distante, mais un être humain rempli de ressentis et d’émotions. Parler par l’émotionnel n’est pas signe de faiblesse ou de fragilité, mais d’humanité et de sensibilité. (Sauf si vous utilisez l’émotionnel pour tenir un discours attristant ou plaintif).

pouvoir-puissance-verbe

Ne pas avoir un langage « journalistique » ponctué de superlatifs. Par exemple, le terme « effrayant » ou « extraordinaire » ne doit pas être employé n’importe quand. Les mots liés aux cinq sens sont à utiliser selon la personne avec laquelle vous parlez. Si cette personne aime voyager et rencontrer des gens en face-à-face, utilisez un langage visuel (« je vois » / et des descriptifs visuels : apparence d’une personne, d’un paysage, d’un lieu…). Si elle aime écouter les autres ou est sensible aux sons, employez un langage auditif (« écoutez », « il faut entendre que » / travailler le timbre de la voix, l’intonation / et des descriptifs auditifs : décrire les sons, des bruits, une musique…). Si elle est fin gourmet, optez pour un langage gustatif (« un vrai régal » / parler des odeurs, parfums, décrivez des plats…).
Etc.
Le tout sans exagération, et sans vous éloigner du sujet de la discussion.

Les mots imagés permettent de mieux faire passer un message

…en le rendant moins abrupt et plus poétique. Exemple : vous pensez que telle solution envisagée est risquée, et que la seconde est plus sûre. Vous pouvez dire : « Avec la première, si t’es dans un bateau et qu’il fait naufrage, t’as juste une bouée de sauvetage. Avec la seconde, t’as un canot insubmersible ».

Cette phrase fait passer le message de façon détournée tout en faisant appel à des émotions fortes (naufrage, bouée de sauvetage…).
Si vous manquez de vocabulaire, un petit conseil : lisez plus souvent de la littérature, peu à peu vos expressions s’enrichiront. Par contre, attention aux médias : bien souvent leur vocabulaire n’est pas très recherché et ils versent trop dans les superlatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *